Ennéagramme et Expatriation

Qu’est ce que l’ennéagramme ? À quoi sert-il, notamment dans un contexte expatrié ?

Qu’est ce que l’ennéagramme ?

L’ennéagramme est un modèle qui décrypte la personnalité. Il plonge au cœur de l’être humain pour en comprendre les mécanismes profonds.
Il nous amène à la découverte de la partie immergée de notre iceberg intérieur : nos mécanismes et motivations profonds, parfois inconscients, influencent et orientent nos habitudes et comportements.

L’ennéagramme (du grec ennea grammos, neufs points) décrit neuf profils et nous invite à la découverte de nous-même et des autres.

À quoi sert-il ?

L’ennéagramme est avant tout un outil de connaissance de soi qui nous raconte une histoire : celle de la mise en place de nos automatismes, de nos conditionnements, de notre façon de percevoir le monde, de notre manière de communiquer…

Cette prise de conscience nous permet alors de porter un regard neuf sur nous-mêmes et sur les autres.
Ayant ouvert cette nouvelle fenêtre sur le monde, nous regardons plus simplement et sans jugement, nous posons des mots sur des différences. Les apports sont rapides et bénéfiques.

Concret et utilisable au quotidien, ce modèle nous permet de suivre un processus de développement personnel et /ou professionel :

ProcessusENNEA

Un modèle pertinent pour les expatriés

Ceux qui vivent loin de chez eux subissent parfois des stress plus importants que la moyenne des individus. La connaissance de leur ennéatype (profil de personnalité dans l’ennéagramme) peut apporter soulagement immédiat et réponses dans des contextes variés au niveau personnel, familial, professionnel et managérial.

Vivre ailleurs, c’est être confronté en permanence à la différence et à la nouveauté.
Et connaître l’ennéagramme, c’est profiter plus intensément de ces découvertes.

Vivre ailleurs, loin de ses racines, c’est aller à la rencontre d’autres cultures, être riche d’expériences variées et parfois inattendues.
Marcel Proust écrivait :

Le seul véritable voyage, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages […], mais d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cents univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est.

L’ennéagramme nous permet de débuter ce voyage intérieur et extérieur qui enrichit indéniablement notre vision du monde et de nous-mêmes. Évidemment, ce ne sont pas cent univers que nous découvrirons mais neuf… Et c’est déjà beaucoup !

 

Astuces pour survivre en pays froid

Vous avez vécu des années dans des zones tempérées ou chaudes. Vous vous demandez comment résister aux froids sibériens rencontrés en Russie, en Pologne, au Canada ou dans d’autres pays nordiques ?

Je vous propose une fiche visuelle et pratique « astuces anti- galères dans le froid » pour survivre en environnement gelé :

Fiche à télécharger

Fiche à télécharger

Et pour ceux qui préfèrent lire, voici les conseils du jour : (suite…)

Ma pauvre, tu pars en Pologne

Qui n’a pas vécu des réactions extrêmes en annonçant son départ à l’étranger?
En fonction des destinations, les réactions de vos proches sont plus ou moins positives et parfois pétries de stéréotypes.

Un exemple illustrée avec Ma pauvre, tu pars en Pologne, article que j’ai proposé au Petit Journal.

L’ expatriation : une plongée dérive

Après toutes ces années d’expatriation et de coaching d’expatriés, je me décide enfin à lancer ce blog.
Je vous propose, en préambule, de plonger… Plonger directement dans le vif du sujet : la survie de l’expatrié en environnement inattendu, parfois compliqué, voire hostile.

Au début de ma vie de jeune adulte, l’une de mes grandes passions a été la plongée sous-marine avec une préférence marquée pour les « plongées dérives ».
Le but du jeu consiste à partir d’un point A, en pleine mer, et à se laisser dériver pour arriver à un point B aléatoire.
En effet, le bateau « lâche » le plongeur en pleine mer et au milieu du courant ; il se laisse alors dériver au gré des éléments.
Il n’est pas question de résister au courant durant ce type de plongée : le plongeur suit les éléments naturels, se laisse porter, utilise ses compétences et ses capacités pour éviter les dangers et limiter les risques.

Le courant donne alors au plongeur la sensation de voler, comme un oiseau ou une raie aigle, et lui permet de couvrir de plus grandes distances sous l’eau.
Les paysages sont souvent fabuleux, les poissons nombreux et les rencontres surprenantes : dauphins, requins, raies mantas, curieuses tortues de mer qui parfois vous approchent jusqu’à toucher votre masque…

La plongée dérive est une activité dangereuse qui nécessite une excellente technique (flottabilité, parfaite maîtrise du poumon ballast, capacité à se déplacer dans le courant, etc.).
Un manque de technique et/ou une volonté du plongeur de résister aux éléments naturels peut transformer la plongée en un véritable cauchemar !
La règle de base pour une dérive est :  » laisse-toi toujours porter par le courant, ne tente jamais de résister sinon tu risques l’essoufflement, puis l’épuisement (et en plongée ça peut être fatal !) « .
À la fin de la plongée, un bateau vient récupérer les plongeurs en surface qui sont signalés par un parachute de plongée !
Les plus belles plongées de ma vie ont été des plongées dérives. Il ne m’est jamais venu à l’idée de contrer les éléments dans ces moments magiques.

Alors que je vivais ma première expatriation d’adulte, en Inde, bataillant contre l’inertie et la lenteur des Indiens, j’ai réalisé que l’expatriation ressemblait une plongée dérive.
Effectivement, en Inde, il ne faut pas chercher à ‘palmer à contre-courant’ ou à lutter contre les éléments.
L’expatrié vit beaucoup mieux ses nouvelles découvertes s’il suit le courant tout en s’adaptant au mieux à la typologie du terrain pour rendre la vie dans son nouveau pays la plus agréable possible !

Le choc culturel, sur lequel je reviendrai ultérieurement, est beaucoup moins dur si l’expatrié accepte de lâcher prise.
Bref, pour adoucir et faciliter vos premiers mois dans un monde sous-marin nouveau pays, rien de tel que la technique du plongeur : ouvrir ses yeux, découvrir de nouveaux sons, goûter, observer, profiter du nouvel environnement, s’émerveiller de nouveaux paysages, prendre le temps des rencontres.

Effectivement, partir en expatriation, tout comme plonger en mode dérive, c’est sortir de sa zone de confort et lâcher prise.
Et vous, qu’en pensez-vous ? Quelles sont vos expériences en la matière ?

Aller plus loin

Vous souhaitez passer un cap difficile ou accélérer votre intégration  en expatriation ? Pensez coaching et contactez-moi !

error: Ce contenu est protégé, merci de nous contacter