Maman de deux adolescents, Madame 6, expatriée au Moyen Orient, 52 ans, nous raconte ce que lui a apporté sa découverte de l’ennéagramme.

J’ai 52 ans, je suis mariée, j’ai deux enfants de 14 et 15 ans. Je suis mère au foyer après avoir été cadre dans une banque pendant 16 ans. Je vis au Moyen Orient. Je suis de type 6 ((profil de personnalité dans l’ennéagramme)).
J’ai un bac C (Mathématiques), j’ai fait une prépa littéraire, une fac d’anglais, une école de la chambre de commerce de Paris, un CAP de Bourse et un Dess de gestion du Patrimoine. J’ai travaillé dans la gestion de patrimoine jusqu’en 2001 puis j’ai choisi d’élever mes enfants.

QUAND AI-JE DÉCOUVERT L’ENNEAGRAMME ?

J’ai découvert l’ennéagramme avec Aurore Lafougère en 2010, à Dubaï. Alors que je lui parlais de mes difficultés avec mon fils aîné, Aurore m’a proposé d’utiliser l’ennéagramme pour comprendre et améliorer la communication avec lui.
Je n’ai pas suivi de formations en groupe ; j’ai simplement retenu le nécessaire, en accompagnement individuel, pour que les relations avec mon fils s’améliorent.
Je ne suis pas allée plus loin et j’aurais sans aucun doute creusé le sujet si j’avais dû retourner en entreprise ou monter une entreprise aux UAE. J’aurais connu cet outil pendant toutes mes années de travail, ma vie en aurait été grandement facilitée surtout avec certaines personnes avec qui j’ai dû composer tout en les jugeant complètement caractérielles. J’aurais gagné du temps et de l’énergie, j’en suis convaincue !

QUELS ONT ÉTÉ LES APPORTS  ?

Dès qu’Aurore m’a présenté les neuf personnalités, je me suis dit « mais c’est bien sûr ! ». J’ai eu l’impression que la lumière se faisait : tout s’éclairait soudain. Ce fut une VRAIE découverte car j’étais persuadée que tout le monde avait les mêmes valeurs que moi et que tout comportement qui ne correspondait pas à ce que j’attendais était forcément un acte volontaire de la personne.
J’ai compris que j’étais une mentale et que je ne pouvais naturellement pas du tout comprendre les personnes qui montraient leurs émotions de façon démesurée : avant de connaître l’ennégramme, pour moi, ces personnes étaient purement et simplement cinglées.

J’ai aussi compris que projeter mes propres pensées sur tout le monde était une caractéristique de mon type 6.
Par ailleurs, j’ai surtout compris que j’avais un « sous type conservation » ((c’est-à-dire instinct de conservation blessé entraînant une attention trop importante sur tous les sujets qui touchent à la survie et aux besoins physiologiques fondamentaux.)) et que mon fils « difficile » aussi et lui encore plus que moi. Il ne peut pas supporter que quelqu’un touche ce qu’il va manger ou s’approche de son assiette. J’ai compris qu’il agissait ainsi pas du tout pour nous provoquer, mais parce qu’il ne pouvait pas faire autrement !

Les deux informations que j’ai apprises sur moi qui m’ont le plus aidé sont : la passion de peur et la bascule du mental. La sensation d’acceptation s’est avérée être une étape décisive me rapprochant (je l’espère !) de la sérénité. J’ai naturellement une angoisse omniprésente et irrationnelle : maintenant que je sais que c’est une caractéristique du 6, je vis un peu mieux avec. De la même façon, sous le coup d’un stress, je me retrouve dans l’incapacité soudaine de réfléchir : mon centre mental ne fonctionne plus. Avant j’ignorais totalement pourquoi et c’était très angoissant. Aujourd’hui, j’attends, je respire, je sais que tout va rentrer dans l’ordre et que je vais récupérer mon « mental ». Je compte là-dessus et sur le yoga pour atteindre vraiment la sérénité.
Je me suis rendu compte que, dans ma vie, mon centre mental avait souvent basculé sans qu’hélas je ne puisse me raccrocher à cette connaissance qui m’aurait permis de recouvrer plus vite ma capacité de réflexion.

Je crois que la chose la plus importante que m’a apportée l’ennéagramme est un regard plus curieux sur les comportements et les personnalités « des autres », de ma famille, de mes amis, de mes relations, bref de tout le monde. Je me sens plus tolérante qu’avant. Quand je ne les comprends pas, je l’accepte mieux.
Je n’ai fait que survoler l’ennéagramme, jusqu’à présent, et pourtant j’ai déjà entrevu beaucoup de bénéfices à se connaître soi-même et à comprendre les autres, c’est un outil très efficace.

Pour savoir ce qu’est l’ennéagramme et vous renseigner sur les prochaines formations qui se dérouleront à Varsovie, cliquez sur ce lien

 

Sources, ressources et remerciements:

  • Un grand merci à cette maman 6 pour son témoignage que j’apprécie à sa juste valeur, sachant que les 6 sont peu friands de témoignage public !